Actualites du lab - Paris&Co Expérimentation 

Actualites du lab

  • 30/01/12 Bouquinistes

    La Ville de Paris réfléchit actuellement à retravailler la structure des boîtes des bouquinistes installées sur les quais de la Seine. Avec le temps qui passe, ces dernières ont été détériorées et pour leur donner une nouvelle jeunesse, quatre prototypes ont été imaginés par les designers du Matériaupole et sont actuellement testés près de l’hôtel de ville.
     
    Redonner un coup de jeune à un patrimoine historique
    Elles sont devenues partie intégrante de la ville lumière. Des boîtes en bois, couleur verte, sont quotidiennement utilisées par les bouquinistes pour abriter leurs livres. Installées le long de la Seine, ces dernières sont même inscrites depuis 1991 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Si la tradition des bouquinistes remonte au XVIème siècle, on en compte aujourd’hui près de 230, chacun étant responsable de quatre boîtes. Les conditions météorologiques mais aussi le vandalisme sont autant d’éléments qui obligent ces boîtes à être entretenues et repeintes régulièrement. Dans le projet de réflexion concernant les mobiliers présents dans l’espace public de la capitale, le Paris Région Lab et la mairie de Paris ont réfléchi ensemble à un moyen de rendre les boîtes de bouquinistes plus résistantes. En partenariat avec les designers du Matériaupole, quatre prototypes fabriqués à l’aide de différents matériaux, ont été installés début décembre près de l’Hôtel de Ville. Avec un design novateur et diverses fonctions, ces dernières proposent des solutions aux problèmes rencontrés par les bouquinistes avec leurs boîtes actuelles.
     
    Quatre prototypes bien différents
    L’enjeu était de proposer des boîtes avec des matières plus résistantes et des fonctionnalités supplémentaires à celles déjà existantes, le tout en gardant les mêmes codes visuels. Le premier prototype, référence aux malles des anciens libraires colporteurs et au flight case utilisé dans le monde de l’audiovisuel, est réalisé en contreplaqué de pin filmé. Le deuxième suit le principe du kit à assembler, avec différentes plaques emboitées, très peu de vis et est un composite kraft-résine phénolique. La troisième proposition s’appuie sur un effet uniformisé des quatre boites, avec des lignes évoquant le mouvement fluide de la Seine. Pour cette dernière, l’équipe a conçu un nouveau composite multicouche bois-aluminium-polyéthylène-aluminium, qui conserve l’aspect extérieur bois. Enfin, la quatrième proposition consiste en un ensemble couvercle et auvent, protégeant du même coup les bouquinistes des intempéries, ainsi qu’une fonction éclairage par film électro-luminescent et un chauffage.

    Des avis nuancés
    Depuis leur installation, les bouquinistes parisiens peuvent tester ces prototypes et formuler des retours. « Nous avons déjà eu plusieurs retours très différents », confie un des designers du projet. « Il y a les personnes qui sont très intéressées par le projet et ceux qui restent conservateurs ». Quoi qu’il en soit, rien ne sera imposé aux bouquinistes, comme l’a confirmé Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris chargé de l’innovation. « Ils sont d’ailleurs très attachés à leur indépendance », relève l’élu.
    Du coté des Parisiens, les avis sont nuancés. « Pourquoi vouloir à tout prix changer ? Ces boîtes font partie du patrimoine de la ville. Et le matériel actuel est beaucoup plus noble que ces prototypes », s’exclame un passant. Mais ce sont les bouquinistes qui auront le mot de la fin : ils doivent remettre d’ici quelques mois un cahier des charges où figurereront leurs impressions sur ce nouvel outil de travail, les modifications à apporter et les détails à conserver, afin que le Matériaupole puisse créer la boîte finale, en adéquation avec leurs besoins et les propositions de la ville.

    Source :
     http://www.innovcity.fr/2012/01/30/paris-boites-vertes-des-bouquinistes-nouvelle-vie/

    TAG: Expérimentation//Bouquinistes
  • Voir toutes les actualités