PROJETS DU LAB

Fabrique de la forêt urbaine - ANIMA
PRÉSENTATION

[Lauréat Appel à expérimentations Adaptation au Changement]

Anima est un groupement d’entreprises, dont l’objectif est de créer des forêts urbaines temporaires (pour une durée de 6 à 20 ans) sur des friches ou des terrains en attente de projet, avec éventuellement des sols pollués ou dégradés. Ces forêts urbaines ont pour objectif de rendre de nombreux services écosystémiques forestiers et sont des espaces ouverts au public.
 

Projet
En bref
 
  • Porteur de projet : Le groupement ANIMA (Dr Sophie BERTIN - EKOLOG,  ; Vania DORMOY - Panorama Paysage; Dr Emmanuel BOURGUIGNON - LAMS (SAS)  ; , - Stéphane BERDOULET- Association HALAGE ; Julien Beller - ARCHITECTE)
     
  • Expérimentation :  Mettre en place une forêt temporaire et fournir de multiples services écosystémiques forestiers et du sol.
     
  • Problématique traitée :
    Economie des ressources en eau
    Raffraichissement
    Lien Social
    Modularité

     
  • Territoire d’expérimentation :  Ile-Saint-Denis, commune de Seine Saint-Denis
     
  • Durée de l’expérimentation : 6 ans jusqu'à 10 ans
     
Carte d'identité du projet :

Porteur de projet 

Le projet sera réalisé par un groupement d’entreprises :
  • EKOLOG, écophysiologie et gestion des arbres et de la forêt, avec une expertise forte autour de l’adaptation et de l’atténuation des forêts au changement climatique
  • PANORAMA, paysage et urbanisme
  •  LAMS, laboratoire d’analyse de microbiologie des sols
  • HALAGE, gestion des espaces verts et chantiers d’insertion
  • Julien Beller ARCHITECTE, architecture
     
EKOLOG est mandataire pour le groupement.
 

Expérimentation : mise en place d’une forêt temporaire sur 10 ans, comme moyen d’adaptation et d’atténuation au changement climatique. L’enjeu est de mettre en place une approche durable mais temporaire, et d’améliorer la fourniture de multiples services écosystémiques forestiers et du sol. L’expérimentation testera l’impact positif du projet dans la lutte contre le changement climatique, la fourniture de services écosystémiques et l’approche de gestion durable.

Caractère innovant :

 
Le caractère innovant du projet, en lien avec la lutte contre le changement climatique, se situe à plusieurs niveaux:
- La création d’une forêt temporaire mais durable,
- Une approche globale et multifonctionnelle avec une prise en compte des autres services rendus par la forêt et par le sol,
- La prise en compte tout à la fois de l’humain, de l’arbre et du sol
 
 La démarche est reproductible, tout en étant spécifique à chaque lieu et chaque contexte. Cette approche n’a pas encore fait l’objet d’une expérimentation ou d’une commercialisation en France ou à l’étranger.
La nature du projet rend indispensable une expérimentation in situ sur un espace public, entre autres, car un de ses axes est de renforcer le lien social.

 

Apports :

Le projet apporte des plus-values autour de 5 axes :
  • AXE 1 : Participation des arbres à l’adaptation et à l’atténuation au changement climatique
  • AXE 2 : Apport d’autres co-bénéfices sous la forme de services écosystémiques forestiers
  • AXE 3 : Régénération des sols et restitution de services écosystémiques des sols
  • AXE 4 : Développement filières économique circuit court (pépinière, matériau bois)
  • AXE 5 : Animation / participation / lien social et urbain
 


Comment ça marche ?

La méthode proposée consiste à mettre en place un plan de gestion et un suivi dans le temps tenant compte des spécificités du site et favorisant les mélanges d’essences forestières indigènes adaptées au site. Les méthodes employées seront douces et au plus proches de la nature, basées sur l’existant sans recourir aux méthodes traditionnelles de décaissement et d’apport de terres végétales extérieures. Elle privilégie une approche participative, multidisciplinaire et multi-acteurs.

 


               

Sur quel territoire ?

La démarche Anima sera mise en place sur l'Ile-Saint-Denis, commune de Seine Saint-Denis
Anima se déploiera dans le cadre du projet Lil'O "Reconversion de friches urbaines et industrielles pour un parc agri-urbain par phyto-rémédiation et station de compostage en économie circulaire et réinsertion sociale".  Le projet Lil'O, porté par le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, est lauréat de l'appel à projets "sites pilotes pour la reconquête de la biodiversité" du programme d'Investissements d'Avenir de l'AdemeDes espaces boisés selon la démarche Anima seront mis en place sur une partie du site, situé sur l'Ile-Saint-Denis, et d'une supérficie de 3,6 ha.


Quelques mots avec Anima:

Présentez-vous en quelques mots :

Notre projet s’intitule « Anima, fabrique de la forêt urbaine ». Il est issu de plusieurs constats dans les agglomérations urbaines en Ile de France : de nombreuses friches ou terrains en attente de projet et coûteux en surveillance, des faiblesses face au changement climatique, et de multiples sites avec des sols pollués et dégradés. Notre approche Anima consiste à investir ces terrains durant le temps d’attente (entre 6 et 15 ans dans le cadre de cette expérimentation) en installant une forêt urbaine, temporaire mais durable, dans l’objectif d’apporter une plus-value autour des 5 axes présentés ci-dessus.


Que souhaitez-vous tester au travers de ce programme d'expérimentations ?

Ce programme d’expérimentation nous permet de mettre en place un projet pilote où nous pourrons expérimenter des méthodes de gestion douces et participatives qui apporteront aux usagers du site de nombreux bénéfices liés à une gestion durable visant à obtenir de sols et des forêts urbaines de qualité.

Quelle est la grande difficulté que vous anticipez sur ce projet ?

La grande difficulté que nous anticipons sur ce projet est la recherche de financement.


Pour vous, une expérimentation réussie, ce serait quoi ?

Pour nous, une expérimentation réussie, c’est la mise en place d’une forêt urbaine temporaire qui favorise des méthodes de gestion douces basées sur l’existant sans recourir aux méthodes traditionnelles de décaissement et d’apport de terres végétales extérieures. C’est aussi une réappropriation du site par la population, et une compréhension de la part de la population que l’exploitation du bois, en totalité ou pour partie, à l’issue de la fin du projet est quelque chose d’acceptable et d’envisageable.

Pour en savoir plus sur l'expérimentation:

Marion Apaire, responsable du suivi de l'expérimentation, marion.apaire@parisandco.com